Un pas en arrière

Communiqué de Christian Clot

 

 

Suite à ma dépose dans les froids glacials des monts Verkhoïansk j’ai, dès le premier jour, été pris de vomissements répétés. Après avoir supposé une banale intoxication, l’hypothèse s’est infirmée alors qu’aucune amélioration ne se faisait sentir au fil des jours. Dans un milieu où la consommation de calorie monte à 5000 ou 6000, cette incapacité à me nourrir correctement m’a rapidement affaibli. Cette situation a impliqué d’autres erreurs, dont la plus grave a eu pour conséquence la brulure de mon sac de couchage, le rendant inutilisable.

N’étant pas encore éloigné de ma zone de dépose, j’ai pris la décision de revenir en arrière, afin de me soigner correctement et remettre en état mon matériel. Iakoutsk ne possédant pas d’infrastructures médicales suffisantes pour des recherches parasitaires (un « souvenir » d’Amazonie semble la piste la plus probable pour expliquer mon état) ni d’équipementier, et ne voulant pas faire venir jusqu’à Iakutsk des membres de la team #ADAPTATION (qui se sont immédiatement proposés pour venir m’aider), ce qui est contraire à mes principes, j’ai pris sans attendre un avion pour Paris avec un but clair : reprendre au plus vite cette dernière étape d’Adaptation.

J’ai donc entamé un petit défi dans le défi : parvenir en le moins de temps possible à passer les examens nécessaires et me soigner suffisamment, assurer un nouveau visa russe, dénicher un sac de couchage (le genre dont j’ai besoin ne se trouve pas au magasin du coin) et autres, afin de repartir au plus vite. Pour me motiver, j’ai pris de Iakutsk un A/R avec retour vers la Russie dès ce samedi.
Quoi qu’il en soit, je compte bien faire en sorte que cet évènement en reste à ce stade, et qu’un départ rapide pour poursuivre cette dernière étape le rejette au rang de simple péripétie. Il est tout simplement impensable pour moi de ne pas aller au bout de l’ensemble d’#Adaptation en solitaire !

Soyez sûrs que je mets absolument tout en œuvre pour repartir au plus vite mais avec une santé retrouvée, condition sine qua non pour affronter les conditions très violentes des froids extrêmes.

A très vite pour plus de nouvelles,
Christian