Au cœur des extrêmes #Patagonie

 

A l’occasion du premier anniversaire du livre « Au Cœur des extrêmes » retraçant la mission en solitaire de Christian Clot, découvrez quelques extraits…

 

 

 

 

J’ai l’impression d’être minuscule. Presque envie de me ratatiner dans mon kayak pour me faire encore plus petit. Je pagaye en faisant le moins de bruit possible, pour ne pas attirer l’attention sur moi. Parfois ma rame racle la glace. Le fjord est rempli de témpanos, comme on les appelle ici. Trop petits pour être des icebergs mais trop gros pour être de simples glaçons. Ils se sont déversés en masse des glaciers au fond de la baie vers lesquels je me dirige. Ils sont trois. […..] Ces trois géants qui emprisonnent le fjord dans leurs serres sont impressionnants, majestueux autant qu’un peu canailles. Ils se dressent au-dessus de la baie dont ils sont les maîtres, seulement contestés par de vieilles forêts éparpillées sur les parois. Scarifiés de mille balafres, déchiquetés en blocs entassés sans unité qui paraissent vouloir se repousser les uns les autres, ils donnent l’impression de vieux bagarreurs cherchant l’apaisement dans un coin reculé du monde.

 

Extrait de : Christian Clot, Au Cœur des extrêmes, Robert Laffont, p85-86

 

 

Tous les quarts d’heure je fais le point. Vers dix heures, les vagues s’espacent légèrement, l’écume est moins visible. C’est encore bien trop tôt. Mais si les conditions deviennent navigables, je veux être prêt. Je plie mon camp, charge mon kayak et je commence à attendre en faisant les cent pas pour me réchauffer. Entre le thermomètre à−7°C et le vent, je suis à−20°C de température ressentie. Et sans doute plus froid avec l’humidité à près de 92 %. Mais s’il existe des calculs de corrélation prenant en compte température et vent pour déterminer le refroidissement éolien, aucun ne tient compte, en plus, de l’humidité. Pourtant, elle est terrible ici. Elle pénètre partout, fait continuellement frissonner la peau : maintenir quoi que ce soit au sec est si difficile ! Au-delà des changements météorologiques, elle est mon plus grand défi.

 

Extrait de : Christian Clot, Au Cœur des extrêmes, Robert Laffont, p90-91

 

Découvrez d’autres extraits en cliquant ici.

 

Crédit photo : Lucas Santucci / Agence Zeppelin / Adaptation