MISSIONS-COURTES

Des études menées lors d’expéditions en milieux écologiques extrêmes, qui agissent comme des accélérateurs de vie, mais également lors de crises climatiques ou sociales.

 

NOTRE EXPERTISE

En solitaire ou en groupe, ces projets sont des terrains uniques d’exploration car ils créent des situations paroxysmiques propices à l’observation de l’humain en situation réelle sur un temps très court.

Notre savoir-faire est le fruit de plus de 20 années d’expériences, d’une équipe engagée et d’un réseau de compétences multidisciplinaires pour opérer dans tous les milieux.

En effet, les expéditions scientifiques de terrain en milieux extrêmes nécessitent des compétences variées et pointues dans les domaines de la gestion des équipes, de la direction et coordination scientifique, des tournages vidéos et de la logistique.

Du désert le plus chaud, aux milieux polaires, en passant par les jungles humides tropicales ou froides, les profondeurs ou la haute altitude, l’institut Adaptation, réalise des expéditions scientifiques sur tous les terrains et dans toutes les conditions pour étudier la capacité de l’humain face aux changements.

 


 

Mission Baïkal

 

 

En hiver 2020, une équipe conduite par Christian Clot, partira pour une expédition sur le lac Baïkal en Russie. Sur l’immense lac gelé, l’équipe progressera à des températures pouvant atteindre les -40°C pour tester du matériel et des protocoles scientifiques, nécessaires à la réalisation de la Mission-20.

 


 

Mission Death Valley” (USA) – 2019

 

 

L’Institut est reparti en mission en septembre 2019, défier la fournaise de la Vallée de la Mort, aux États-Unis (Californie). Cinq hommes et cinq femmes, conduits par Christian Clot, sont allés tester durant une dizaine de jours de nouveaux protocoles scientifiques ainsi que divers équipements, dont les chariots conçus par notre partenaire SODI, en vue de 4X30 JOURS – MISSION-20. Ces essais, réalisés en conditions réelles, ont été riches en enseignements. Ils permettent à nos études en expéditions, dans les conditions climatiques les plus extrêmes, d’atteindre leur plein rendement.